Vous êtes ici

Histoire

La commune de Lanhélin ( Lanhelon au XIIème siècle, Lanhelen au XIVème et Lanhellan au XVIème ! )
Canton de Combourg, arrondissement de Saint-Malo en Ille-et-Vilaine (Bretagne) pour le terrestre.
Olim du diocése de Dol, de l'archidiaconé de Dol et du doyenné de Dol. Nunc de l'archidiocèse de Rennes, de l'archidiaconé de Saint Malo et du doyenné de Combourg pour le spirituel.

ORIGINE
L
'orthographe étymologique de LANHELIN est LANN HELEN, église de Saint Hélen. Le préfixe "lann" indique une origine contemporaine de la colonisation bretonne et dénote une colonie ecclésiastique (ermitage). "Helen", peut-être le roi Judual, béatifié sous le nom d'Helenus ; nouvelle preuve philosophique de l'origine bretonne de la population qui précéda les Franks dans la Haute Bretagne. C'est à cette époque, le VIème siècle, qu'il faut peut-être faire remonter le fondation primitive de la paroisse qui serait, selon certaines sources, un démembrement de la paroisse de Meillac.
Lanhélin figurait en 1182 sur la liste des biens des Templiers de la commanderie de La Guerche, puis au XIVème siècle elle appartenait aux puissants hospitaliers de St Jean de Jérusalem. En 1708, le commandeur du Temple prélèvait encore la moitié des dîmes de la paroisse. Toutefois, le Baron de Combourg fut maintenu en 1696 dans ses droits de supériorité et de prééminence en notre église
La motte de la seigneurie de Cobac, qui appartenait aux Ruffier en 1513, était édifiée sur le territoire. Du château, mis à mal par les guerres du XVIème siècle, seuls les vestiges de deux tours et les ruines de sa chapelle étaient encore visibles en 1621. Rappelons à propos de cette chapelle " du Cobatz", qu'au XIIème siècle, Guignon de Cobatz (ou de Chobac), ayant reçu la croix des mains de l'Abbé de la Vieurville donna à ce dernier, avant de partir à Jérusalem, le tiers de son plessix "Apud Lanhelon terciam partem plaisicii".

MONUMENTS
L
'église Saint-André (XIV-XVIIIème siècle).
Curieusement, Saint André est le patron de cette église, et l'on n'y rend aucun culte à Saint Hélen. Elle contient plusieurs pierres tombales anciennes, la plupart d'ecclésiastiques. Cette église fut restaurée et bénite solennellement en 1771, on y ajouta une tour au bas de la nef en 1778, cette tour subsiste encore. Dans l'ancienne qui était sans intérêt, le Seigneur de Boishue possédait son banc et un enfeu au haut de la nef, du côté de l'épître. La flèche date de 1840, tandis que le Choeur et le transept datent eux, du XVIIIème siècle.

La croix d'enclos, située près de l'église Saint-André.

Le château des Pins ou de la Grande Maison (1663).
Deux édifices furent rajoutés au logis central au XIXème siècle.

La métairie de La Ville-Poulet (XV-XVIème siècle).
Remaniée au XIXème siècle.

La maison "du Poncet" (XV-XVIIème siècle), située 2 rue Laënnec.

Le manoir de la Vallée (XVIème siècle), encore surnommé "La Hallée".

Le puits oblong à deux orifices(XVIème siècle), dépendance de l'ancien manoir du Boishue.
Ce manoir était la propriété de la famille Guéhenneuc de 1742 à 1774. On y trouvait autrefois une chapelle privative fondée en 1742.

A signaler aussi : des vestiges gallo-romains près du village de La Ville-Poulet (forge) ainsi qu'aux Epinettes (ferme).

© 2013 - Mairie de Lanhélin